Senior 1 Féminine NATIONALE 3 saison 2010-2011
 

L'équipe 1


Entraîneurs : Alain HATCHONDO - Berthy ROY
classement: 1/4finaliste N3 montée en N2
joueuses:Audrey ZARONE - Marine KRATZ - Justine MENGES - Lucile RESPLANDY - Isabelle CENDIER - Aurélie SALLES - Julie NIETO Léa RAVISE - Pauline MARTY  - Adèle FARGUES - Edith BRUEL
- Lucille MANIECA - Virginie DIONSO - Virginie TERREIN - Adèle FARGUES - Suzanne MARRIER - Elodie AURIOLE - Marie ULLMAN
 
Equipe senior 2 FEMININE Excellence Regionale saison 2010-2011
 

La réserve

Entraîneurs : Alain HATCHONDO - Berthy ROY
classement:

1ère Excellence montée en prénationalej

Rodez- Bruguières 14 mai 2010


Le match des "au revoir la N3"

ROC Aveyron Baraqueville 18 - Bruguières 43

(Mi-temps: 9-20)

Arbitre: L. Albouy, P. Lesongeur.

 

Pour le ROC Aveyron : Raynald (1), Poujol (1), Tesseydre, Ampoulier, Cosson (1), Faureille, Langie (1), Fayel (2), Namar (1), Kouby (3), Douat (1), Causse (7).

 

Pour Bruguières : Letouzey, Zarone (2), Fargues (5), Auriolle (4), Kratz (9), Menges (5), Bruel, Resplandy (9), Marty (3), Manieca (6).

 

Ce dernier match était hautement symbolique pour les deux équipes qui l'année prochaine n'évolurons plus en N3. Bruguières quitte ce niveau pour la N2 et espère ne pas y revenir de suite, au contraire de Rodez qui , vu la jeunesse de son effectif  (21 ans de moy) et le potentiel qui sommeille dans cette équipe, espère bien ne refère un passage en prénat que pour une année et c'est tout le mal que l'on souhaite aux Aveyronnaises qui peuvent avoir un sentiment d'inachevé pour cette saison.

Bruguières a fait  un match sérieux, répétant ses gammes. profitant de la  naiveté,de nos adversaires en défense, ce qui est  propre aux équipes jeunes, .Sans encore une série d' immanquables à 6m face à une excellente gardienne, le score aurait été plus élevé à la mi-temps. Le réajustement à la pause a permis d'être plus réaliste dans le duel tireur / gardien. La seconde mi-temps a été aussi appliquée que la première. A noter le bon état d'esprit de l'équipe de Rodez qui a joué jusqu'à la 60ème sans rien lâcher , le tout sans mauvais geste qui aurait pu  compromettre la participation d'une joueuse Bruguièroise pour les phases finales du championnat de France de N3  du 28/29 mai. Bon vent aux deux équipes.

 

Rodez- Bruguières la dépêche du midi du 15 mai 2010


Le ROC tire sa révérence

Handball féminin N3. Rodez.

ROC Aveyron Baraqueville 18 - Bruguières 43

(Mi-temps: 9-20)

Arbitre: L. Albouy, P. Lesongeur.

Pour le Roc: Ampouiller, 9 arrêts; Teyssèdre, 2; Causse, 8; Kouky, 3; Fayel, 2; Douat, 1; Landié, 1; Cosson,1; Poujol, 1; et Raynal, 1.

Dernier match en N3 et dernière defaite pour le ROC.

Volontaires, les Rocettes face à l'excellente prestation des premières n' ont tenu que le premier quart d'heure dans cette rencontre. Pourtant, les locales se sont appliquées, leur défense était bien en place, Ampoulier etait dans un excellent jour et les phases offensives étaient très bien gérées. Mais Bruguières jouait mieux et plus rapidement et s'est donc logiquement imposé.

Le ROC tire donc sa réverence au N3 sur cette défaite où, à l'image de cette saison , elles ont été courageuses et accrocheuses jusqu'au bout.

Maintenant, le souhait de chacune , se reposer et revenir plus fortes en N3, très rapidement...

 

Article spécial du 27/04 / 2010 la dépêche du midi


Bruguières en route pour la Nationale 2

handball. Nationale 3 féminine. La montée est assurée.

À deux journées du terme de la saison régulière, l'objectif est atteint pour l'équipe féminine du Bruguières Occitan Handball Club. Assurées de monter en Nationale 2 pour la première fois dans l'histoire du club, les joueuses d'Alain Hatchondo ont réussi une saison quasi parfaite. Avec un passif de deux défaites pour dix-huit victoires, le bilan est en tous points remarquable.

Au premier rang des satisfactions : l'état d'esprit. Véritable constante dans toutes les équipes d'un club familial et formateur, les seniors n'ont pas dérogé à la règle. Toujours à l'écoute du projet de jeu prôné par Alain Hatchondo, les filles ont fait preuve d'un sens du groupe irréprochable.

Deuxième raison du succès : le recrutement. Indispensable pour exister à ce niveau, il s'est avéré très judicieux. Parmi les recrues, Isabelle Cendier, venue du TFH (D1) s'est logiquement distinguée au vu de son CV (98 sélections en équipe de France). Véritable clé de voûte du système, elle a été déterminante au poste d'arrière-droit. Suzanne Marrier, ancienne pensionnaire du club d'Angoulême en Nationale 1, a également justifié son statut.

Mais, dans cette équipe, la formation est aussi à l'honneur à l'image d'Audrey Zarone, 21 ans, formée au club et auteur de 7 buts par match.

Histoire de pimenter cette saison, l'équipe est désormais tournée vers un but : le titre de champion de France de Nationale 3 (barrages fin mai). Néanmoins, cet objectif semble relever du fantasme suite aux blessures de deux joueuses majeures.

Pour basculer au mieux vers la saison prochaine, le coach souhaiterait se renforcer essentiellement sur deux postes : gardienne et arrière-droit (sachant que Cendier sera indisponible jusqu'en février 2012).

Si l'objectif est bien sûr le maintien, Alain Hatchondo espère dans l'idéal une place dans la première partie du tableau.

 

Bruguières-Quint Article de la dépêche du midi du samedi 2 avril (avant match)


 

Bruguières-Quint resumé RB


 

Palais sur Vienne-Bruguières Article de la dépêche du midi du samedi 19 mars (avant match)


 

Le Palais sur Vienne - Bruguières résumé de HB

 

Bruguières - Asson Article de la dépêche du midi du samedi 12 mars


 

 

Bruguières - Asson Résumé Bruguiérois


 

Bruguières - Asson artricle de la dépêche du midi du 16/03/2011


 

Bruguières - Asson Résumé journal du sud-ouest


N3 : L'exploit d'Asson

bruguières - Asson Personne n'avait encore battu les banlieusardes toulousaines cette saison. Les Assonaises l'ont fait !

 

En perdant son duel face à la gardienne assonaise Minvielle, à l'ultime minute, l'internationale toulousaine Cendrier doit encore nourrir beaucoup de regrets. Jamais les banlieusardes de la ville rose n'avaient connu le goût amer de la défaite cette saison, où elles avaient remporté quinze rencontres en quinze journées. C'est un match énorme défensivement de la part des Béarnaises qui a mis à mal le mental de Bruguières. u coup la base arrière assonaise, très en confiance, a permis aux visiteuses de virer à la pause avec un score de 13 à 18

En deuxième période, bien entendu, Bruguières réagit et revient à 23-23 à la 18e minute, mais les vertes, sans s'affoler, réagissent bien et repassent devant : 26-28 à la 27e. A trois secondes de la fin le score est de 28-29. C'est donc un final de folie : survient l'échec du penalty, sur le gong, de l'internationale de Bruguières, Cendrier, qui consume les chances du leader et vient confirmer l'exploit des filles de Ludovic Chudy.

 

Bruguières - Bayonne vu du côté de l'Aviron Bayonnais (avant match)


Que pouvons-nous opposer à Bruguières ?
C’est une équipe qui survole les débats avec un total de 499 buts marqués, c’est-à-dire 118 de plus que le premier des poursuivants. Sa défense est à la hauteur de son ambition en prenant  le second rang après Bègles. Bruguières a fait carton plein au classement avec un 100 % de victoires.
Bayonne possède un solde négatif avec  huit défaites pour quatorze rencontres. Malgré un nombre de buts encaissés qui le place dans les cinq meilleures défenses de cette poule, l’Aviron ne trouve pas de solutions offensives et se retrouve à la 7eplace, à quelques points des premiers relégables. Toutefois, on ne peut pas parler encore de relégation, il reste à Bayonne un marge de manoeuvre pour se maintenir au niveau national. Par contre, cela passe par une sérieuse remise en question, autant du côté des joueuses que de l’encadrement.
Laissons passer ce match contre l’intouchable leader et préparons les prochaines échéances avec plus de rigueur et de détermination.

 

Bruguières - Bayonne vu du côté de l'Aviron Bayonnais (après match)


Bruguières, le leader a fait son job en signant un carton plein pour cette quinzième journée de championnat et on peut dire que Bayonne a fait le sien dans le contexte que l’on connait.
Après cette défaite à St Loubes qui plaçait l’Aviron dans une situation peu confortable voire dangereuse au classement,   les dirigeants bayonnais ont décidé de confier les rênes de l’équipe à un nouveau binôme d’entraineurs ; Mickaël Moreno et Chantal Pauzat. Ce dispositif favorisera une synergie positive entre les différentes équipes de l’Aviron. Les bayonnaises ont eu une petite semaine pour intégrer ces nouvelles données et préparer la rencontre contre Bruguières. Il n’y a pas eu de round d’observation, Bruguières donne le tempo que Bayonne reprend à son compte et ce n’est qu’une approximation des tirs bayonnais qui permet au leader, plus réaliste, de souscrire un 5 à 0 dans les premières minutes du match. Il faut attendre la 10e minute pour voir Sarah Alves marquer le premier point pour l’Aviron. Bayonne remonte à deux buts d’écart pour céder de nouveau devant les coups de butoir des garonnaises, 9 à 15 à la pause. Dés l’entame de la seconde période, Bruguières fait valoir ses droits et c’est avec d’énormes difficultés que Bayonne essaie de garder le contact. Devant le déficit de condition physique  de leurs joueuses, les coaches locaux organisent un jeu de rotation qui permet à l’Aviron de soutenir le rythme régulier des visiteuses. Les bayonnaises n’arrivent pas à réaliser positivement les montées de balles qu’elles ont su récupérer grâce à un excellent travail défensif. Cela n’aurait pas  inversé le résultat de cette rencontre mais aurait surement rendu le score moins lourd à porter, 20 à 35. A l’issue de cette journée, les entraineurs peuvent être satisfaits du comportement des joueuses dont certaines d’entre elles signaient là, leur première feuille de match à ce niveau de compétition et surtout, ils peuvent mesurer avec précision le travail qui reste à accomplir avant la prochaine échéance à Migne Auxances, dans quinze jours.

 

Bruguières - Bayonne résumé côté BOC (après match)


 

Bruguières Chasseneuil vu de la Charente: avant Match épisode 1


Autre blabla d'une feuille de choux Par Cédric Tricaud pour SOC

Un voyage à haut risque qu'il faut négocier

Les Charentaises se déplacent chez le leader invaincu de la poule avec un seul et simple objectif en tête. Ne pas perdre… de joueuses.

L'Entente aborde ce match bizarrement. Il n'y a pas de réel objectif, de l'aveu même de son entraîneur Thierry Préau, dans ce déplacement chez le leader intouchable du championnat. Il faut dire que cette formation écrase tout sur son passage. Treize matches, treize victoires, un goal-average à faire frémir toutes les équipes : une différence de buts de +162 (+19 pour l'Entente).

Au match aller, le leader était reparti avec une victoire de sept buts. Autant dire, il n'y avait eu pas photo. « Le plus important sur ce match, c'est de ne perdre aucune joueuse. J'ai déjà ma fille Élodie qui ne jouera pas à cause d'une entorse au genou et on attend le résultat de l'IRM (imagerie par résonance magnétique) pour savoir s'il y a rupture des ligaments croisés ou non », confie le technicien charentais. Et le coach de poursuivre : « Notre objectif, c'est de ne pas être ridicule. On préfère laisser filer le match. Nous n'avons aucun intérêt à vouloir le jouer pour le perdre de 5-6 buts avec les risques que cela comporte. »

« On a fauté »

L'entraîneur le répète suffisamment, l'objectif numéro un du club reste le maintien. « On a des rendez-vous plus importants, je pense aux trois matches qui suivent contre Migné, Rodez et Celles. Cette dernière équipe, justement, avait accroché Bruguières en ne perdant que de trois buts. On peut toujours rêver d'une surprise ou d'un hold-up, un peu comme celui réalisé par Saint-Loubès chez nous, samedi dernier. »

D'ailleurs, le goût amer de ce résultat nul est encore dans toutes les bouches. Thierry Préau l'analyse de la manière suivante : « On a fauté. On n'a pas su transformer la balle de +4 à quatre minutes de la fin. On a tout simplement manqué de lucidité et se faire égaliser à 8 secondes de la fin, ce n'est pas très responsable au niveau de l'équipe. »

 

Bruguières Chasseneuil vu de la Charente: avant Match épisode 2


L'Entente défie l'ogre Bruguières

J.-M. D pour LCL

Du lourd, du costaud, de l'invincible. Les filles de l'Entente se mesurent ce soir (19h) à Bruguières, le leader incontesté de la poule aux treize victoires en autant de rencontres depuis le début de saison.

Si l'exploit est toujours possible, les Rupificaldo-Chasseneuillaises se déplaceront amoindries chez l'ogre de la poule. Elodie Préau, la fille de l'entraîneur, une des principales gâchettes de la troupe sera ainsi absente pour le combat en terre haute-garonnaise.

«Vu le programme qui nous attend avec des duels face aux mal-classés que nous devrons vaincre pour assurer notre maintien au plus vite, l'essentiel est de ne pas avoir de casse supplémentaire à Bruguières», martèle Thierry Préau.

Quitte à laisser filer le match? «Cela mérite réflexion», ajoute l'entraîneur après un long silence et avant de retrouver son mental de gagnant. «Ceci dit, rien n'est écrit. On ne fait jamais totalement une croix sur un bon résultat».

Les titularisations de Charlotte Boutenègre dans les buts et d'Anna Précigou, jeune espoir de 17 ans, ne sont donc pas que de simples récompenses ou un ticket pour un voyage d'agrément mais bien une invitation à tout donner pour créer la surprise.

 

Bruguières Chasseneuil vu de la Charente: (après match)


L'Entente n'a tenu qu'une mi-temps

Dans l'immédiate continuité d'un succès en terre oloronaise qui leur ouvre en grand les portes de l'étage supérieur, les banlieusardes toulousaines, insatiables, ont maintenu à distance respectable des rivales charentaises déjà battues elles aussi à l'aller.

Reste que sur le plan du contenu, les motifs de satisfaction abondent chez les visiteuses qui, cette fois, évoluaient au complet. N'était l'absence de la fille de Thierry Préau, toute l'équipe était là et bien là, à commencer par la Hongroise Saczukepkuzas. D'une certaine manière, le déroulement de cette rencontre n'a pas été sans rappeler le scénario toulousain de l'automne 2009. En effet, face à la grosse armada des réservistes de la Ville rose, les Charentaises, menacées d'un décrochage prématuré au tableau d'affichage, était revenues à force de courage dans la partie. Même topo avant-hier donc sur les bords de l'Hers quand Manieca porte l'avance bruguiéroise de + 2 (3-1, 5e) à +4.

Sans s'affoler, l'Entente recolle au score, s'offrant même le luxe d'évoluer en supériorité numérique 9-9 (15e). Toutefois, cette embellie ne dure pas et une interception de Fargues porte un coup terrible (pour ne pas dire fatal) au suspense: 13-9 (21).

C'est au fil des minutes que la différence va se faire, avec un surcroît de dynamisme chez les locales. La puissance de l'artillerie de Chasseneuil s'étiole, à l'image de cette magnifique combinaison que Caise ne peut conclure côté gauche, le poteau venant à la rescousse de Bruel.

De son côté , Michonneau effectue elle-aussi quelques beaux arrêts (dont un pénalty d'Isabelle Cendier, l'internationale passée par Toulouse) mais la pression est telle que l'édifice se lézarde. Au bout du compte, c'est le tarif habituel à domicile qui a été appliqué par les gagnantes aux vaincues (+15) même si ces dernières ont montré des dispositions encourageantes pour l'avenir. Après tout, il suffit de se rappeler qu'une équipe comme Rochechouart-Saint-Junien, aujourd'hui aux premières loges à l'échelon médian, s'est construite au milieu de la décennie précédente dans l'anonymat de ce championnat orienté vers Midi-Pyrénées et l'Aquitaine.  Par Phillipe Allary

 

Sonia Meilleure marqueuse du championnat N3


Pour sa deuxième saison à la tête de l'équipe, Alain Hatchondo peut compter sur un effectif à la fois jeune et expérimenté, riche de vingt-quatre filles, où règne une excellente ambiance. Et en particulier, il s'appuie sur une joueuse qu'il connaît bien, Sonia Cendier, 33 ans, championne du monde en 2003 avec l'équipe de France. « Sonia est notre atout numéro un. Samedi soir, elle a encore été très performante avec quatorze buts marqués. C'est vraiment la meneuse de l'équipe et un modèle pour les plus jeunes. J'ai été son tout premier entraîneur. Je suis très content de l'avoir retrouvée à Bruguières », précise-t-il.

Sonia meilleure marqueuse du championnat de N3, c'est une remarque de nos adversaires d'Oloron. nous pouvons leur faire confiance. Ce n'est pas ce genre de stats qui intéresse  Alain , encore moins Sonia qui préfère la performance collective à celle individuelle et elle l'illustre tous les samedis en se contentant de concrétiser des phases de jeu collectives. Pour une fois que l'exemple vient d'en haut suivons ce numéro 98 qui......voir sondage

 
© 2011 Bruguières Occitan Club 31 Hanball - 31150 BRUGUIERES
 
adresse courrier :   Nathalie Pinto JP charpentes 10 impasse des chardons 31140 Aucamville
 
Contact :   2431027@handball-france.eu

Berthy ROY, 06.10.15, 11:43
 
 
 
 
création de site internet avec : www.quomodo.com